Louis Sclavis

CLARINETTES
 Louis Sclavis ©Luc Jennepin

Louis Sclavis ©Luc Jennepin

Louis Sclavis, clarinettiste incontournable

Louis Sclavis commence l’étude de la clarinette à l’âge de 10 ans dans l’harmonie musicale de son quartier et après quelques années poursuit celle-ci au Conservatoire de Lyon. Au début des années 1970, il joue avec des troupes de théâtre et danse qui s’inscrivent dans la mouvance du Living Theatre, du Bread and Puppet et est musicalement inspiré par des groupes tels que Soft Machine, Sun Ra ou l’Art Ensemble of Chicago. Louis Sclavis commence sa carrière professionnelle en 1975 au sein du Workshop de Lyon, lequel collabore avec la chanteuse Colette Magny. En 1977 il participe à la création de l’Arfi, joue et enregistre avec le Marvelous band, la Marmite Infernale, etc…
C’est au début des années 1980 qu’il intègre le quartet d’Henri Texier, la Compagnie Lubat, le Brotherhood of Breath de Chris Mac Gregor, joue avec Michel Portal en duo et avec des musiciens européens comme Tony Oxley, Evan Parker, Peter Brotzman, Enrico Rava, Tomasz Stanko…
En 1984 il forme ses premiers groupes, quartet, trio, sextet avec lesquels il enregistre pour différents labels (Enja, label Bleu, Fmp et notamment Ecm).
Parallèlement il compose pour le cinéma (Amos Gitai, Bertrand Tavernier, Jean Louis Comolli) la danse (Mathilde Monnier), le théâtre, travaille avec Jacques Bonnaffé, Ernest Pignon Ernest, Guy le Querrec.

Louis Sclavis, devenu référence en matière de musique improvisée

Devenu désormais une référence en matière de musique improvisée, Louis Sclavis s’entoure en 2005 de musiciens plus jeunes au sein d’un groupe qu’il baptise « L’Imparfait des langues ». Il en poursuit l’expérience avec l’album « Lost on the Way » (2008), inspiré de l’Odyssée, qui laisse entendre la culture pop-rock de ses partenaires. Toujours poussé par le désir d’associations nouvelles, il forme en 2009 un Eldorado Trio avec Craig Taborn et Tom Rainey et constitue l’année suivante l’Atlas Trio avec le guitariste Gilles Coronado et le pianiste Benjamin Moussay, formule instrumentale inédite qui, de son aveu, l’oblige à remettre sur le métier ses conceptions en matière de composition. Plus que les retrouvailles régulières avec Romano et Texier (que rejoignent, le temps d’un disque, trois invités, Enrico Rava, Nguyên Lê et Bojan Z en 2011), c’est à cette formation qu’il consacre l’essentiel de ses efforts, avec laquelle il tourne et enregistre un second album, « Silk and Salt Melodies » (2014). En 2017 paraît Asian Fields Variations chez ECM en trio avec Vincent Courtois et Dominique Pifarély

Louis Sclavis
Started learning clarinet age 10 in his neighbourhood to move to the Lyon Conservatoire after few years.
In the early 70s he plays with theatre groups and danse companies inspired by the Living Theatre and the Bread and Puppet and is inspired by such bands as Soft Machine, Sun Ra or the Art Ensemble of Chicago.

Louis Sclavis becomes a professional in 1975 with the Workshop de Lyon in a collaboration with the singer Colette Magny.
In 1977 he is one of the founders of the Arfi, plays with the Marvellous Band, La Marmite Infernale, etc…
In the early 80s he joins Henri Texier’s quartet, the Compagnie Lubat, Chris Mac Gregor Brotherhood of Breath, plays duos with Michel Portal as well as with European musicians such as Tony Oxley, Evan Parker, Peter Brotzman, Enrico Rava, Tomasz Stanko…

He forms his first bands in 1984, quartet, trio, sextet with which he records for diverse labels (Enja, Label Bleu, Fmp, and particularly ECM).
At the same times he writes for cinema (Amos Gitai, Bertrand Tavernier, Jean Louis Comoli) danse (Mathilde Monnier), theatre, works with Jacques Bonnaffé, Ernest Pignon Ernest, Guy le Querrec.

Référence….

Now a reference when it comes to improvised music, sometimes associated to moving images (Dans la nuit, with a Charles Vanel’s silent movie from 1929), Louis Sclavis associates in 2005 with younger musicians in a band which he calls, with his usual poetic bent, “L’imparfait des langues”. He takes it further with the album “Lost on the Way” (2008), inspired by the Odyssey, that let his partners’ pop-rock culture be heard.
Always pushed to new associations, he starts in 2009 the Eldorado Trio with Craig Taborn and Tom Rayney then the Atlas Trio with guitarist Gilles Coronado and pianist Benjamin Moussay, a different type of instrumental mix forcing him to rethink his composing ways. More than the regular reunions with Romano and Texier (joined on a recording by three guests, Enrico Rava, Nguyên Lê and Bojan Z in 2011), he concentrates on that band, touring and recording a second album “Silk and Salt Melodies” (2014).

 

Discographie

 ASIAN FIELDS VAFIATIONS ECM

ASIAN FIELDS VAFIATIONS ECM

 Silk And Salt Melodies ECM

Silk And Salt Melodies ECM

 SOURCES ATLAS TRIO

SOURCES ATLAS TRIO

Vidéos