Vincent Peirani

ACCORDEON
 Vincent Peirani

Vincent Peirani

Vincent Peirani, accordéoniste que tout le monde s’arrache

Après le défricheur Richard Galliano, il entend continuer à ouvrir des horizons nouveaux à l’accordéon. Vincent Peirani a commencé par étudier la clarinette à part égale avec l’accordéon, avant de finalement opter pour ce dernier qu’il qualifie « d’orchestre à lui tout seul ». Il a été le premier accordéoniste à entrer dans la classe de jazz du Conservatoire de Paris.
Entre 1994 et 1998, il a écumé les concours internationaux pour en ramener une moisson de récompenses.

En 2003, il a obtenu le premier prix d’Orchestre du Concours National de Jazz de la Défense pour son duo avec Vincent le Quang. Depuis il a multipplié les collaborations tous azimuts. Rien que cette année on a pu l’entendre avec Fred Gastard et Denis Charolles, au sein du trio Melosolex, avec Michel Portal, la chanteuse You Sun Nah, le groupe Madhu dont le répertoire est consacré au jazz indien, il est aussi partie prenante du nouveau quartet de Daniel Humair. Peirani est de cette jeune génération de musiciens sans frontières, sans limites serait-on tenté de dire. Etudes classiques, puis il va embrasser tour à tour la musique contemporaine, la variété (Sanseverino, Les Yeux Noirs) et le jazz (Daniel Humair, Michel Portal…). Sa si jeune carrière est déjà parsemée de diamants.

Le duo Peirani Parisien

Instruments à vent, option tornade : entre Vincent Peirani et le saxophoniste Emile Parisien, tous deux trentenaires surdoués,le courant (d’air) passe. Conçu au départ comme un hommage à Sidney Bechet et à l’enfance du jazz, cet album en duo est surtout un grand moment de découverte musicale, d’harmonies imprévisibles, de jeu en liberté et en relief. Les deux hommes retrouvent l’esprit de l’époque où le jazz était une musique joueuse et populaire, à la fois virtuose et légère. Et ils vont plus loin, font valser Fellini et Tati, se prennent pour une fanfare au complet, inventent le free-musette, multiplient les acrobaties et les loopings, sans jamais tourner en rond ni sombrer dans une froide abstraction. Dialogue vif de deux oiseaux rares pendant la saison des amours, ça sent le printemps…
S. Deschamps.


Prix Django Reinhardt – musicien français de l’année 2013
Révélation de l’année – Victoires du Jazz 2014

Discographie

 BELLE EPOQUE

BELLE EPOQUE

Vidéos