Emile Parisien

SAXOPHONES
 Emile Parisien sextet

Emile Parisien sextet

EMILE PARISIEN

Figure essentielle d’un jazz français créatif et inspiré, Émile Parisien a parcouru ce début de siècle comme peu ont su le faire : jeune pousse de Marciac au tournant des années 2000, le saxophoniste alto et soprano s’est appliqué à explorer la tradition et l’histoire tout en les dépassant largement. Une évolution qui doit beaucoup à la curiosité d’Emile Parisien, dont le profil d’étoile montante du jazz s’est peu à peu affiné pour laisser transparaître un artiste plus complexe à l’esprit aiguisé, au-delà d’évidentes apparences.

Depuis ses collaborations avec Daniel Humair, Vincent Peirani, Joachim Kühn ou Michel Portal jusqu’aux innovations aux côtés de Jeff Mills ou avec son Quartet chez ACT, Emile Parisien s’est imposé, en France et à l’échelle européenne, comme le catalyseur d’idées nouvelles, jusqu’aux confins de territoires balisés (au sein, dernièrement, du projet XXXX, aux côtés de Wollny, Lefebvre et Lillinger, toujours chez ACT).

Un trait tiré entre les deux pôles d’une musique en mouvement qui trouve, dans l’éclatement stylistique et l’exaltation des années 2020, une caisse de résonance évidente : au sein d’une réalité aux frontières esthétiques de plus en plus floues, la boussole importe moins que l’intuition, sans hésitation.

Une philosophie toute trouvée pour le nouveau sextet d’Emile Parisien, baptisé Louise, prévu pour 2021, aux côtés des Français Roberto Negro et Manu Codjia, grâce auquel le saxophoniste franchit l’Atlantique pour s’associer aux Américains Joe Martin, Nasheet Waits et Theo Croker. Son projet le plus ambitieux à  cette date, à n’en pas douter.

Emile Parisien quartet « Double Screening »

Nouvelle pierre apportée à l’édifice d’un quartet qui connaît un changement avec l’entrée en piste de Julien Loutelier à la batterie, Double Screening   est une affirmation, une manifestation : celle de l’imagination fertile d’un musicien dont les partenaires sont en phase avec leur leader. Un funambule que ces dernières années ont confirmé comme une pièce maîtresse de la scène jazz européenne, dont il avait poussé la porte dès l’adolescence.

Double Screening est une collection de scénarios brefs – on a presque envie de parler de courts-métrages – fourmillant de détails (cordes du piano frappées, bruissement des percussions, claquements de becs). On peut être pris de vertige, parfois, au contact de ce quatuor à l’unisson de ses petites folies. Mais c’est là une ivresse qui vaut bien qu’on s’abandonne à une musique qui n’a pas fini de surprendre.

Quintet « Sfumato »

En octobre 2016, le très attendu album « Sfumato » voit le jour. Après un premier concert en 2015 à Marciac, le quintet est mûr pour enregistrer avec un casting impressionnant : Joachim Kühn au piano, Manu Codjia guitare, Simon Tailleu contrebasse et Mario Costa batterie. Sans oublier deux invités de rêve, Michel Portal et bien entendu Vincent Peirani. À noter que le quintet se produit également avec Roberto Negro au piano.

La presse européenne réserve un accueil de premier choix à ce disque, des 5 étoiles du Guardian au Choc Jazzmagazine en passant par la critique italienne ou suédoise ; confirmant ainsi la grande vitalité du jazz français en général et la force de la musique d’Emile Parisien en particulier.

Duo Peirani / Parisien « Abrazo »

« Abrazo » s’inspire non pas de l’œuvre d’un compositeur mais d’une forme d’art, d’une culture : le tango, son élégance, sa mélancolie et sa puissance rythmique et mélodique. Comme pour leur premier duo, Peirani et Parisien ne jouent pas le matériel des originaux, mais ils en jouent. Des pièces de la plume de maîtres de l’influence sud-américaine comme Astor Piazolla, Tomás Gubitsch ou Xavier Cugat ne font qu’une partie du répertoire. Les compositions de Parisien et de Peirani évoluent dans l’esprit du tango, tout comme l’arrangement de « Army Dreamer » de Kate Bush, que Peirani admire profondément. Le morceau d’ouverture « The Crave » du pianiste et chef d’orchestre américain Jelly Roll Morton – l’un des musiciens de jazz les plus influents du début du XXe siècle – construit un pont étonnant avec l’album précédent. Il semble que « Abrazo », après « Belle Epoque », soit la deuxième partie d’une suite, et en effet les deux albums, entendus l’un après l’autre, s’entremêlent de façon étonnante.

Émile Parisien sextet « Louise » (janvier 2022)

Toujours à la recherche de sensations nouvelles, Émile Parisien vient d’enregistrer un album en sextet « Louise » en hommage à l’artiste plasticienne Louise Bourgeois.

Ce nouveau projet,  paraîtra fin janvier 2022.  Émile y sera entouré encore une fois par des musiciens d’exception :  Theo Croker trompette(US), Manu Codjia guitare(FR), Roberto Negro piano(FR), Joe Martin contrebasse(US), Nasheet Waits batterie(US).

Sortie d’album le 28 janvier au Festival Sons d’Hiver. (Tournée 2022 janvier/février, mai/juin, juillet/août, novembre).

*****

Emile Parisien
Born in 1982. From 1993 he is part of the first year of the Marciac “jazz” College, where he learns music under established musicians like Pierre Boussaguet, Guy Laffitte and Tonton Salut.
During those years he has the opportunity to rub shoulders with some jazz big names : playing alongside Wynton Marsalis, Chris Mc Bride, Johnny Griffin or Bobby Hutcherson for the Marciac Festival.

From 1996, he pursues his training at the Toulouse Conservatorium, studying classical as well as contemporary music, with Philippe Lecoq amongst others. He moves to Paris in 2000. Since then he has been playing in France and abroad with musicians such as, Daniel Humair, Michel Portal, Jean-Paul Celea, Jacky Terrasson, Claude Tchamitchian, Yaron Herman, Gueorgui Kornazov, Rémi Vignolo, Manu Codjia, Hervé Sellin, Christophe Wallemme, Paco Sery, Eric Serra, le Syndicate (Hommage to Joe Zawinul), Michael Wollny, Roberto Negro, Jeff Mills, Louis Sclavis…

He is involved in 2000 in the show HIP 11, a mix of jazz and hip-hop dancing. That same year he affirms his own artistic identity, starting the Emile Parisien Quartet with Julien Touery (p), Sylvain Darrifourcq (d) and Ivan Gélugne (b). Inspired by 20th century composers like John Coltrane, Wayne Shorter or Ornette Coleman, the quartet gives its music an impressionist nature, making improvisation its main trait. Thanks to the closeness of its musicians, pushing the limits beyond the tangible, the band reaches a very unique and resolutely modern expression.

Émile Parisien quartet « Double Screening »

Double Screening is a new stone brought to the building of a quartet that is undergoing a change with Julien Loutelier’s entry on drums, Double Screening is an affirmation, a manifestation: that of the fertile imagination of a musician whose partners are in phase with their leader. A tightrope walker that in recent years has confirmed as a key element of the European jazz scene, from which he had pushed the door since adolescence.

Double Screening is a collection of short scenarios – we almost want to talk about short films – teeming with details (struck piano strings, rustling percussion, beak banging). One can sometimes feel dizzy when in contact with this quartet in unison with its little follies. But this is a intoxication that is worth surrendering to a music that will never cease to surprise.

Duo Peirani / Parisien « Belle Époque »

Vincent Peirani and Emile Parisien did meet when playing in Daniel Humair’s quartet. At the Vaulx Jazz festival in 2013 they start a new musical page with their first duo performance. Since then, besides this duo, incredibly successful both in France and abroad, they keep multiplying collaborations in Vincent Peirani’s projects as well as Emile’s. They are together again in the saxophonist’s new quintet “Sfumato”.

Quintet “Sfumato”

Following a first concert in Marciac in 2015, the quintet was ready for recording with an impressive casting : Joachim Kühn piano, Manu Codja guitar, Simon Tailleu double bass and Mario Costa drums. Lets not forget the two dream guests, Michel Portal and of course Vincent Peirani.
In October 2016 the much expected album “Sfumato” was released.
The European media gives the album a first class reception, from the Guardian’s 5 stars to the Jazzmagazine “Choc” through the Italian or Swedish reviews, confirming the great vitality of French jazz in general and Emile Parisien music’s strength in particular.

Émile Parisien sextet « Louise »

Always in search of new sensations, Emile Parisien has just recorded a sextet album « Louise » in a tribute to the artist Louise Bourgeois.
This new project will be released at the end of January 2022. Émile will be surrounded once again by exceptional musicians: Theo Croker trumpet(US), Manu Codjia guitar(FR), Roberto Negro piano(FR), Joe Martin double bass(US), Nasheet Waits drums(US).
Album release on January 28 at the Sons d’Hiver Festival. (Tour 2022 January/February, May/June, July/August, November).

Discographie

 Louise Emile Parisien 6tet

Louise Emile Parisien 6tet

 Parisien/Peirani_Abrazo

Parisien/Peirani_Abrazo

 SFUMATO

SFUMATO

 BELLE EPOQUE

BELLE EPOQUE

 Double Screening

Double Screening

Vidéos